Image default
Actu

Un premier « impôt Covid-19 » déjà validé par le gouvernement ?

La crise sanitaire qui secoue le monde entier a également causé une inédite crise économique. Pour faire face à cela, le gouvernement français tente de trouver des solutions.

Aujourd’hui, il est encore difficile de calculer l’ampleur de la crise économique que traversera la France, comme tous les autres pays, à cause de la pandémie de coronavirus. De nombreux secteurs d’activité sont toujours à l’arrêt, des emplois sont perdus, des dettes s’accumulent…

Selon l’Insee, nous faisons face à une baisse de 35% de l’activité économique. Il faut donc réagir. Parmi les conséquences de cette crise économique, quelques mesures fiscales qui ne plairont pas à tout le monde.

Une « non-baisse d’impôt »

L’une des premières mesures fiscales pour faire face à la crise concerne la CRDS. Cette Contribution pour le remboursement de la dette sociale est l’une des ressources principales de la Caisse d’amortissement de la dette sociale (CADES). Pour faire simple, c’est un impôt créé en 1996 pour réduire l’endettement de la Sécurité sociale. Son taux est à 0,5%, c’est-à-dire que peu importe le revenu (activité, patrimoine, placement…), 0,5% est prélevé pour la CRDS.

Cet impôt devait s’arrêter en 2024. Mais à cause de la pandémie de coronavirus, le gouvernement a décidé de le prolonger jusqu’en… 2033. Ça n’est donc pas une réelle hausse d’impôt mais plutôt une « non-baisse » d’impôt.

Le retour de l’ISF ?

Gérald Darmanin estime à 9% du PIB en 2020 le déficit public actuel. Des chiffres dramatiques qui poussent le gouvernement à réfléchir toujours plus, bien que le Ministre des Comptes publics avait affirmé le 3 avril que la sortie de crise ‘ne passerait pas par une augmentation d’impôts ». Un impôt sur l’épargne, sur l’assurance vie par exemple, pourrait être dans les plans du gouvernement mais serait donc contraire à ses propos.

Maquillage

L’une des solutions pourrait donc être le retour de certains impôts ou leur prolongation. Pour Esther Duflo, prix Nobel d’Économie en 2019, invitée sur RTL ce mardi 19 mai, l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) « n’aurait jamais dû être aboli » et « il faudrait effectivement qu’il soit rétabli ».

Même son de cloche du côté de Thomas Piketty, économiste français spécialiste de l’étude des inégalités économiques. Il confie à Libération que « pour faire face à la crise du Covid, il faut créer un nouvel impôt sur la fortune ».

Laissez votre vote

Plus

Related posts

Ces stars qui ont commencé dans l’industrie du X et qui aimeraient bien l’oublier

mr robot

Streaming et téléchargement illégal : une caractérisation des sites pirates par listes noires

chrn0s

Éloignez-vous de cette application « Bitcoin Collector » – c’est un malware

chrn0s

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire Plus

Hey ! Avant de partir....

Tu aime le site ?  
FAIT UN DON

Cliquez sur le bouton en bas et choisissez la somme 
SOUTIENS NOUS
Aide nous a resté gratuit pour tous
close-link

S'identifier

Mot de passe oublié?

Mot de passe oublié?

Entrez vos données de compte et nous vous enverrons un lien pour réinitialiser votre mot de passe.

Your password reset link appears to be invalid or expired.

S'identifier

Politique de confidentialité

Ajouter à la collection

No Collections

Here you'll find all collections you've created before.

Send this to a friend